Stérilisation Imprimer Envoyer

Vasectomie

Elle consiste à couper les canaux déférents, les tubes qui transportent les spermatozoïdes hors des testicules chez l'homme. Il s'agit d'une intervention ambulatoire avec une petite incision dans le scrotum. Les échecs sont rares et les complications peu fréquentes. Certains rapports ont tenté par le passé de lier la vasectomie à certains problèmes de santé, mais d'autres études ont depuis lors désapprouvé toute relation de cause à effet. Aucun changement n'intervient dans la libido, mais quelques rares hommes semblent éprouver une réponse psychosomatique qui interfère avec les rapports sexuels. Comme les testicules ne fournissent que 5% du volume du fluide séminal, aucune différence n'est ressentie lors de l'éjaculation après une telle procédure. Occasionnellement, un homme peut avoir des problèmes significatifs suite à une vasectomie et dans de très rares cas ils peuvent durer plusieurs années. Le type de procédure effectuée et les compétences du docteur (généralement un urologue) semblent être des facteurs influençant le risque pour un homme d'avoir de tels problèmes.

Bien que la vasectomie puisse parfois être réversible, ce n'est jamais assuré et une telle intervention est à la fois coûteuse et douloureuse. Dès lors, une vasectomie devrait être considérée comme une forme permanente de contraception. Dès lors, certains pays l'interdisent purement et simplement. D'autres, plus souples, demandent une décharge écrite des deux conjoints.

De nouvelles méthodes consistant plutôt à boucher les canaux déférents plutôt qu'à les couper sont apparues. D'après les études réalisées, la procédure est facilement et efficacement réversible.

Ligature des trompes

Elle consiste à couper et à attacher les trompes de Fallope chez la femme afin que le sperme n'atteigne pas l'ovule. S'agissant d'une opération au niveau de l'abdomen, elle comporte bien plus de risques que la vasectomie. Pour cette raison, elle est peu recommandée, à moins qu'elle soit effectuée par un médecin qui opère déjà dans cette zone, par exemple à la suite d'une naissance par césarienne.

L'une des complications, rare mais sérieuse, est une grossesse ectopique. Il s'agit de la nidation d'un oeuf fécondé dans une des trompes au lieu de l'utérus. Il s'agit d'une situation extrêmement dangereuse qui peut aboutir au décès de la mère, sauf si la grossesse est interrompue. Le taux de grossesses ectopiques est de 7.3 sur 1'000 ligatures. La méthode de ligature ainsi que l'âge de la patiente ont un impact sur les risques d'une telle grossesse ; les femmes de moins de 30 ans ont le double de risques que les femmes plus agées1.

De plus, certaines femmes ont rapporté qu'une ligature des trompes avait affecté négativement leur libido, et dans certains cas leur capacité même à atteindre l'orgasme ou le trouver plaisant. Des changements hormonaux et une ménopause précoce ont aussi été annoncés par certaines. Il s'agit d'un grand débat pour l'instant et il semble impossible pour l'instant de connaître la vérité. Nous avons par contre vu des études qui concluent assez nettement que des changements inexpliqués se sont produits après une ligature et dès lors nous voyons une telle intervention comme un risque pour un couple qui souhaite continuer à profiter d'une vie sexuelle agréable.

Il existe depuis quelques années des méthodes quelque peu différentes de fermer les trompes.

  • Clip. Il s'agit d'une sorte de pincette qui est clippée par dessus les trompes, les pinçant fermées. Le clip peut être appliqué à la suite d'une césarienne ou par une laparoscopie qui n'implique qu'une petite ouverture dans l'abdomen. Grâce à cette opération moins invasive, les complications sont moins nombreuses et la guérison est plus rapide. De plus, comme les trompes ne sont pas coupées, les complications attribuées aux autres formes de ligature semblent moins probables.
  • Stérilisation non invasive. Il s'agit d'une nouvelle forme de stérilisation. Un petit dispositif en métal ressemblant à un ressort est placé dans chaque trompe par le col de l'utérus. Le processus dure moins d'une heure. Après trois mois, les tissus cicatriciels autour du dispositif ferment les tubes, causant l'infertilité. Le taux de réussite sur une période de 3 ans est de 99.8%, mais certaines femmes ne forment pas assez de tissus cicatriciels. L'infertilité est dans tous les cas confirmée par rayon X. Du fait qu'il n'y ait pas d'entrée chirurgicale dans le corps, cette méthode est plus facile, a moins de complications et permet une guérison bien plus rapide qu'une ligature.

D'après un article publié sur The Marriage Bed. Reproduction et traduction avec l'autorisation des auteurs.

1 "The Risk of Ectopic Pregnancy After Tubal Sterilization" March 13, 1997 issue (336:762-767) of The New England Journal of Medicine

 

 

Articles connexes